Les conseils d’une #Girlboss sur le marché de l’emploi

 » Si je vous raconte mon histoire, c’est pour vous rappeler que le droit chemin n’est pas le seul qui mène au succès. » Sophia Amoruso

Imaginez Sophia, assise sur un banc, qui réfléchit tout haut au sens de la vie : « L’âge adulte c’est la ou les rêves meurent. Tu grandis, tu trouve un boulot, tu deviens un robot et voila. La société veut nous mettre dans des cases mais tu sais quoi? Y’a pas de cases… »

Après un bref instant de silence elle soupire : « Pff…j’sais pas comment faire pour pas devenir une adulte relou… »

Une vieille dame assise à ses cotés interrompt alors sa réflexion :  » votre génération est complétement folle , lance t’elle, rien ne sert de pleurnicher sur le fait de grandir alors qu’il suffit simplement d’avancer… »

Et si elle avait raison?

On a souvent tendance à valoriser les parcours  » classiques » sans aspérités. On est éduqués avec ce mantra : « Travaille bien à l’école, fais de grandes études, tu pourras faire ce que tu veux dans la vie, tu seras libre ». Cette affirmation est en partie vraie, mais il ne faut pas oublier que la réussite scolaire à elle seule ne constitue pas un nécessairement un passeport pour le succès.

Il existe plusieurs chemins possibles pour l’atteindre. En zigzaguant et en sortant un peu des chemins tout tracés, on peut arriver exactement au même résultat et même parfois à mieux.

Il y a une infinité de chemins et une infinité de conceptions de la réussite.

En voici un exemple à travers le parcours de Sophia Amoruso, la fondatrice et directrice artistique de Nasty Gal.

Née en 1984 à San Diego aux Etats Unis, Sophia, est une véritable visionnaire de la vente en ligne. Elle crée à 22 ans Nasty Gal, une e-boutique de vêtement Vintage. Partie de rien et portée par sa passion, elle a construit son entreprise seule et s’est retrouvée à force de travail à la tête d’un véritable empire avant même ses trente ans.

Elle ne vient pas d’une famille riche et pourrait même être qualifiée de décrocheuse scolaire. Comme elle le dit elle même dans son livre elle est passé en huit ans de l’état de « gratuivore » anarchiste fauchée à celui de femme d’affaires aussi à l’aise dans une salle de conférences que dans une cabine d’essayage. Aujourd’hui elle est à la tête d’une entreprise de plus de 400 personnes qui génère des millions ( et encore des millions) de revenus

Sophia est effectivement une femme de talent(s) et nous partage quelques uns de ses exploits en début de roman :

  • En 1989 elle étale du caca sur le mur du jardin d’enfants ( sa première réalisation artistique?)
  • En 1994 son institutrice baisse les bras et lui diagnostique un TDA ( trouble du déficit de l’attention) ….

Puis vint le déclic!

  • En 1997 elle tombe amoureuse de sa première fringue vintage ( un magnifique pantalon disco rouge  » Kaki d’Asie »)
  • En 2000 ses troubles de l’attention sont confirmés par le psychologue de son lycée, elle refuse de prendre des médicaments et opte pour l’enseignement à domicile
  • En 2002 c’est l’année de sa première vente sur internet
  • En 2006 elle crée Nasty Gal Vintage sa boutique eBay
  • En 2014 elle devient PDG d’une affaire de plus de 100 millions de dollars

En plus de la lecture de ce livre je vous invite à vous intéresser à la série librement inspirée de l’autobiographie de l’auteure où l’on suit Sophia, incarnée par Britt Robertson, une jeune femme paumée, en marge, enchainant les petits boulots, qui se découvre finalement une passion pour l’univers de la mode vintage dans les années 2000.

Elle décide alors de créer une boutique eBay dans le but de revendre les pièces dénichées au hasard de ses virées shopping jusqu’à lancer son propre business.

Je trouve que cette série complète bien le livre même si elle a été arrêtée de manière prématurée par Netflix. Bien que la performance de l’actrice principale ait été saluée par la critique, cette série ne semble pas avoir remporté le succès escompté.

Voici les 5 commandements de la parfaite Girlboss :

  • Laissez dernière vous ce qui pourrait vous freiner ( bon j’avoue, c’est plus facile à dire qu’a faire…)
  • Apprenez à créer vos propres occasions ( même celles bien cachées derrière vos échecs!)
  • Repoussez vos limites car la chance préfère l’action
  • Lancez vous entièrement vers ce que vous souhaitez
  • Amusez vous!
Image extraite du blog C By Clémence : Lecture : coup de cœur pour le livre #GIRLBOSS de Sophia Amoruso – C by Clemence

Dans son autobiographie, l’auteur nous confie également qu’au cours de sa (courte) carrière, elle a pu embaucher et être embauchée à plusieurs reprises. Elle a aussi pu être licenciée et licencier elle même de nombreuses fois.

Elle est donc bien placée pour nous partager quelques conseils qui pourront tous nous aider à tirer notre épingle du jeu sur le marché de l’emploi.

Comment s’adapter au marché de l’emploi selon Sophia A.?

1 – « Quand je déposais un CV et que je ne parvenais pas à parler directement au Directeur (…) je passais un coup de fil complémentaire ou me déplaçais de nouveau pour me rappeler à leur bon souvenir »

Elle ajoute ensuite : « Je balançais tout ce que j’avais pour convaincre mon interlocuteur. La concurrence est rude, surtout avec un marché du travail restreint et une situation économique difficile alors à moins d’être éblouissante vous resterez chômeuse. Dans le cas ou vous postulerez à un poste intéressant et stimulant vous serez aidée, mais si ce n’est pas le cas il faudra assurément faire semblant jusqu’à ce que ça marche ».

En clair, soyez déterminé(e)s et visez les personnes les plus directement concernées par le job pour lequel vous souhaitez postuler ( Directeurs Juridiques, chargés de recrutement à l’origine des annonces publiées sur LinkedIn..) ! N’hésitez pas à les contacter directement. Personnellement j’utilise l’extension Google Chrome Hunter qui a complétement révolutionné ma recherche d’emploi!

Pensez également aux candidatures spontanées. Bien ciblées, elles pourront faire la différence. Pour finir, mettez vos objectifs au clair et préparez un bon pitch accrocheur, percutant et précis pout aborder votre interlocuteur ( qui ne dispose pas de beaucoup de temps) ! Glissez y , judicieusement votre CV et hop le tour est joué!

Les phrases clés que je garde toujours en tête dans le cadre d’une recherche d’emploi :  » Il y a des centaines de candidatures sur ce poste, je dois me démarquer et mon CV doit arriver au dessus de la pile. Je dois faire preuve de créativité pour arriver à cet objectif »

2 – « Je m’en fiche de ce qu’un travail vous apportera à titre personnel. »

Sophia nous parle ensuite de l’importance de la lettre de motivation. Elle peut faire la différence et en dire beaucoup sur l’état d’esprit de la personne qui la rédige. Pour convaincre, réfléchissez d’abord à vos atouts, vos points forts afin de déterminer ce que vous allez pouvoir apporter à l’entreprise pour laquelle vous postulez.

Au delà de la lettre de motivation, qui n’est plus forcément nécessaire à mon sens, réfléchissez vraiment à vos motivations, ne postulez pas au hasard, il doit y avoir un lien entre ce que vous avez fait, ce que vous faites et ce que vous voulez faire.

3- Quelques conseils pour le CV

  • Donnez des informations claires sur vos responsabilités
  • Appuyer sur vos réalisations concrètes
  • Ecrivez sans fautes
  • Un centre d’intérêt particulier? Pensez à vos réalisations sportives ou associatives! Sophia nous rappelle aussi quelque chose de très juste et important : Si vous n’avez pas de centre d’intérêt à préciser sur votre CV parce que vous avez du travailler 40 heures par semaine pour payer vos études, soulignez ce fait et revendiquez votre indépendance financière! « 

4- Quelques conseils pour l’entretien d’embauche

Si vous êtes arrivés jusque là, bravo à vous! 😉

N’oubliez jamais que la victoire se gagne avant le combat alors préparez vous en amont : Quelles sont les activités de la Société? Pourquoi elle et pas une autre? Qu’est ce qui vous attire dans la fiche de poste? Qu’est ce que vous allez pouvoir apporter à la Société chez qui vous postulez…

Ne bluffez pas sur votre parcours, soyez honnête, en cas d’expérience ratée ( dans l’entreprenariat par exemple), dites le et valorisez l’expérience.

Apprendre à valoriser son parcours est extrêmement important. En ce qui me concerne, mon doctorat inachevé à longtemps été, à tort, difficile à assumer.

C’est lorsque j’ai commencé à valoriser le travail exigent que j’avais pu fournir et ce qu’il avait apporté à mon parcours, que le regard des recruteurs à profondément évolué.

En pratique :

  • Vous êtes stressé(e), respirez et ne parlez pas trop ( histoire d’éviter les faux pas!) ni trop vite (même si c’est un peu compliqué parfois, j’en sais quelque chose)
  • Ecoutez ce que le recruteur souhaite vous dire
  • Veillez à votre style vestimentaire ( l’originalité oui, mais pas trop)
  • Restez vous mêmes
  • Un entretien d’embauche c’est aussi une question de feeling, c’est un échange avec la personne concernée
  • Soyez clairs dans vos attentes – Si vous avez des interrogation ou des doutes quant au poste tant convoité, dites le
  • Remercier la personne après l’entretien c’est toujours bien

A ce stade, un petit point sur les questions bizarres des recruteurs s’impose:

Comme nous le dit si bien Sophia, « pour un entretien d’embauche il est important de préparer des réponses intelligentes aux questions intelligentes mais aussi des réponses intelligente aux questions stupides ».

Pour la question, « Comment voyez vous le métier de Juriste d’entreprise? «  ( question qui m’a vraiment été posée en entretien) n’hésitez pas à vous tourner vers l’article intitulé « Juriste d’entreprise, c’est quoi ton métier? » déjà publié sur ce blog.

Au sujet de la célèbre question : « Quelle est votre plus grande faiblesse/défaut? », Sophia nous conseille de rester honnête sans chercher à transformer une force en faiblesse ( vous l’avez le fameux : vous savez je suis perfectionniste? ).

Quoi qu’il arrive, rappelez vous qu’on ne peut pas toujours réussir du premier coup et il n’y a rien de mal à ça – en cas d’échec, gardez la tête haute, analysez vos entretiens pour identifier des axes d’amélioration tout en restant au maximum bienveillants avec vous mêmes.

Vous souhaitez commander de super fringues chez Sophia? Rendez vous sur le site de :

2 commentaires sur « Les conseils d’une #Girlboss sur le marché de l’emploi »

  1. Hello Ines! Merci pour ce commentaire, ça me fait vraiment plaisir 🙂 Est ce que tu es en recherche d’emploi en ce moment ? Dis moi si tu souhaiterais que j’aborde d’autres thèmes de ce type! 👍

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s