Tais toi et meurs…

« Je m ‘appelle Julien Makambo. Pendant les semaines qui ont suivi mon arrestation , et même avant , lorsque j ‘étais encore en cavale , ma tronche et mon autre nom , José Monfort , ont occupé la une de la plupart des journaux de France et de Navarre… » 

Lorsqu’on rencontre le personnage principal de cette histoire, il est en cellule. On apprend que juge des libertés a décidé jadis de sa détention provisoire. D’un naturel optimiste, Julien n’avait alors retenu que le mot « provisoire » car lui au moins , contrairement à celui de détention, « laissait entrevoir l’espoir d’une fenêtre ouverte  » , vers un ailleurs assurément plus proche et moins douloureux.

On va alors rembobiner avec lui le fil de sa vie et découvrir petit à petit les circonstances qui l’ont amenées à séjourner dans cette cellule de 9m carrés qu’il partage désormais avec Fabrice, son codétenu.

Dans Tais toi et meurs, Alain Mabanckou nous propose une véritable plongée au sein de la communauté africaine de Paris, au plein cœur du 18e arrondissement.

Tout au long du récit on suit Julien Makambo, un jeune congolais fraichement débarqué dans la capitale sous une fausse identité.

Il est accueilli à Paris par Pedro, roi incontesté de la sape, connu de tous au sein de la communauté africaine .

Séduit par la personnalité de Pedro, Julien s’initie aux combines et petites magouilles de son mentor et vit sa meilleure vie à Château Rouge ; jusqu’à ce jour de vendredi 13 ou Julien n’aura alors jamais aussi bien porté son nom.

Saviez vous qu’en lingala, Makambo signifiait » les ennuis » ?

Mêlé malgré lui à la défenestration d’une jeune femme, il fait soudainement la une des journaux dans un costume vert flashy, reconnaissable entre mille…

Il n’aura alors d’autre choix que de fuir…

J’ai beaucoup aimé ce thriller original qui relate la chute d’un homme.

On s’attache à Julien qui se retrouve au mauvais endroit au mauvais moment comme cela pourrait être le cas de chacun d’entre nous. On se laisse doucement embarquer dans ce récit qui mêle le passé et le présent avec habileté. On aime se balader au cœur des rues fourmillantes du 18e, dont l’atmosphère est très bien retranscrite et on se plait à découvrir la vie de Julien : celle d’avant, et celle d’après le drame de la rue Canada.

Il en faut parfois peu pour qu’une vie bascule…

Si ce livre vous intéresse , vous pourrez le trouver ici : https://livre.fnac.com/a6966046/Alain-Mabanckou-Tais-toi-et-meurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s